Construisons la nouvelle société !

 

La crise politico-économico-environnementale dans laquelle l’homme se trouve, est une crise d’identité dont l’homme est lui-même responsable par refus de sa responsabilité d’homme.
Pour sortir de cette crise il ne suffit pas de ne pas nuire.
Pour sortir de cette crise, l’homme doit assumer sa responsabilité pour inverser l’ordre des choses et conduire le changement en avançant dans le sens de la vie, en créant la nouvelle richesse, en développant l’harmonie sociale et l’épanouissement humain.

 

Penser une refonte du modèle social, dans notre monde en crise, irait-il de soi ?
C’est une tâche périlleuse et complexe et pourtant Gérard Privat s’y attelle toujours avec conviction.
Dans cette « perspective d’humanité », il passe au crible les différents aspects de notre vie sociale, son organisation, la politique, l’économie, la finance, l’écologie, avec un objectif audacieux et sincère ; celui de construire une société nouvelle.
Le revenu vital, la démocratie citoyenne, le pouvoir, l’argent, les médias, l’Europe, la mondialisation, le vote blanc, y prennent un sens renouvelé.
Sa pensée encore qualifi ée d’avant-gardiste il n’y a pas si longtemps est désormais rejointe par la réalité.
Il y a des idées, heureusement, mais pour sortir de ce monde en crise il faut aussi passer à l’action.

Maya

 

* * *

 Livre Construisons la nouvelle société !

Extraits du livre :

Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout. Claude Bernard.[…]
Cette pensée de Claude Bernard est tellement vraie qu’elle peut parfaitement s’appliquer au corps social, au bon fonctionnement de chaque société, de chaque nation.
Ainsi un corps social en bonne santé n’a rien à craindre des microbes sociaux dont les attaques seront globalement inoffensives.[…]

* * *

Ce que les génies des affaires utilisent, représente en réalité, pour la plus grande part, un héritage de l’humanité dont l’origine peut remonter très loin.
Cet héritage de l’humanité, les nations sont en droit d’en percevoir un loyer légitime et respectable de la part de ceux qui en bénéficient de manière privilégiée.[…]
Cet héritage de l’humanité doit par ailleurs bénéficier à chaque être humain qui est en droit d’en percevoir sa part légitime.

* * *

La richesse d’une nation correspond aux activités humaines qui permettent de satisfaire prioritairement les besoins essentiels et développer ainsi l’harmonie sociale et l’épanouissement humain tout en préservant l’environnement.[…]
Cette définition fait de la vie sociale le véritable moteur de développement de la richesse.

Gardons en mémoire…
Il ne peut y avoir de véritable richesse sans préservation de l’environnement qui est intimement associée à l’harmonie sociale et à l’épanouissement humain.
Si l’environnement devait être négligé, alors les autres éléments de la richesse ne seraient qu’une course aux illusions, aux fantasmes ou à l’hypocrisie.[…]

* * *

Pour l’économie néolibérale actuelle, la construction d’un bâtiment qu’il soit destiné à devenir une école, un hôpital ou une prison, produit la même richesse.
Or, en valeur sociale, c’est une aberration car l’école et l’hôpital favorisent une vie sociale harmonieuse alors que la prison est la preuve d’un échec social.[…]

L’excès de richesse matérielle pour les uns au détriment des autres est en réalité une des marques essentielles de la pauvreté pour tous.[…]
Autre exemple : lorsqu’un État empêche son peuple de vivre décemment, en restreignant son accès aux choses essentielles à la vie, alors cet état crée de la pauvreté même en réalisant des économies d’argent.[…]

* * *

Le calcul actuel de la richesse est fondé sur la valeur ajoutée [1].
Ce calcul provoque des absurdités et parfois même des perversions.
Prenons par exemple des services à qualité égale comme l’éducation, la santé, les transports, l’énergie.
Dans les pays où ces services sont privés, ils sont censés produire de la richesse qui correspond aux valeurs ajoutées.
Par contre lorsque ces services sont publics comme ils le sont ou comme ils l’étaient en France, ils sont censés produire de la pauvreté qui correspond aux coûts lorsqu’ils sont gratuits ou aux déficits réguliers lorsqu’ils sont payants mais avec des marges bénéficiaires symboliques.[…]
Le calcul actuel de la richesse matérielle est donc loin d’être correct.
Il semble bien plus équitable de fonder la richesse sur l’harmonie sociale, l’épanouissement humain et la préservation de l’environnement, plutôt que sur des biens matériels dont les valeurs sont faussées.
La richesse aura de ce fait une valeur de plus en plus immatérielle, tout en ayant la richesse matérielle comme base vitale, nourricière.
La richesse devenant de plus en plus immatérielle, impalpable, il serait prétentieux de vouloir la calculer de façon rigoureuse.[…]

[1] : La valeur ajoutée correspond à la différence entre la valeur de la production, y compris les bénéfices, et les achats ou rémunérations pour exercer l’activité.

* * *

L’efficacité sociale consiste à avancer de façon cohérente, dans l’ordre des priorités afin de développer la richesse.
L’efficacité sociale impose de satisfaire en premier les besoins essentiels : nourriture, qualité de l’eau, logement, habillement, énergie, éducation, santé…
L’ordre des priorités consiste à satisfaire ensuite les besoins accessoires, lorsque les besoins essentiels sont déjà satisfaits.
Cette efficacité sociale est la seule capable de développer la richesse qui correspond à l’harmonie sociale, à l’épanouissement humain et à la préservation de l’environnement.
A l’inverse, on crée de la pauvreté si l’on satisfait les besoins accessoires alors qu’il manque l’essentiel.[…]
Donner la priorité à l’essentiel, en favorisant pour tous un emploi ou une raison de vivre qui valorise une vie familiale digne et responsable, produit une grande richesse.[…]
Agissons avec bon sens.
L’homme n’a pas à être à la disposition de ses outils.
Par exemple, l’homme n’a pas à être au service de l’économie.
C’est l’inverse ! C’est l’économie qui est au service de l’homme.
De ce fait…
L’homme n’a pas à être rentable.[…]

 * * *

La coopération et le partage sont les deux éléments dynamiques de la solidarité active.
Les populations des pays riches sont particulièrement éduquées à vivre dans l’égoïsme et le rapport de forces manifestés dans la compétition.
La solidarité imposée ensuite pour aider les plus démunis est ainsi perçue dans sa forme passive, négative, comme une faiblesse.
Au contraire !
La solidarité présentée ici est une solidarité active, positive, une forme de vie sociale dans laquelle chacun, à sa mesure, participe à la création de richesse grâce à la coopération et bénéficie de cette richesse grâce au partage.[…]
Dans la coopération et le partage, les plus pauvres s’enrichissent sans appauvrir les plus riches.[…]
La coopération et le partage permettent de développer la confiance et de découvrir en même temps que chaque être humain est une richesse pour le groupe.
La coopération et le partage deviennent alors une démarche normale pour l’homme.
Ainsi apparaît le côté pratique de l’unité humaine.
Ainsi l’unité humaine devient-elle une réalité.[…]

La coopération et le partage sont d’excellents moyens pour simplifier la vie sociale et développer l’efficacité sociale, la justice sociale, la confiance, l’unité, la fraternité.
La coopération et le partage sont donc des moyens efficaces pour développer la richesse.[…]

La laïcité est une règle de vie qui favorise la coopération, le partage et l’efficacité sociale en favorisant le respect mutuel.

La laïcité est une règle de vie dans laquelle les religions et les philosophies respectent l’ordre social sous contrôle politique.
Elle est un garde-fou pour préserver la société des dérives totalitaires.

La laïcité est donc un élément de première importance pour faciliter la coopération et le partage et, donc, aussi, pour favoriser la richesse.

* * *

Les dirigeants malfaisants utilisent les croyances pour dominer les populations ; comme par exemple lorsqu’ils prétendent que le manque d’argent est la cause de la crise économique.
Ils détournent ainsi l’attention des populations vers des aspects secondaires tout en masquant les causes principales.
C’est pour cela que les peuples ont du mal à comprendre l’origine des malaises sociaux et ne voient donc pas de solutions.

Inversement, observons que les dirigeants altruistes agissent, eux, pour développer la conscience et le sens de la responsabilité afin de libérer la pensée humaine des différentes croyances.

Distinguons cependant les croyances qui figent la pensée, d’une part, et, d’autre part, la foi profonde qui anime fréquemment l’homme lorsqu’il se libère de ses propres illusions et des diverses manipulations extérieures.

* * *

La politique est née du besoin d’organiser entre eux tous les domaines de la vie sociale (défense, économie, écologie…) pour éviter que chacun soit tenté de diriger selon son importance du moment.
La politique est donc devenue l’élément qui dirige les différents domaines de la vie sociale vers l’efficacité et la justice sociales.[…]

On entend fréquemment dire que la politique est une chose sale.[…]

Le tas d’immondices politiques que l’on constate fréquemment, n’est qu’un amoncellement des petites médiocrités individuelles, le plus souvent reconnues chez les autres mais ignorées chez soi.
Cet amoncellement de médiocrités profite abondamment à tous ceux qui tirent leur pouvoir d’une petite politique.
C’est ainsi que la politique peut devenir sale ; surtout lorsque ceux qui en ont conscience la méprisent et l’abandonnent aux opportunistes qui bâtissent leur célébrité sur le tas d’immondices de la petite politique.[…]

La politique est le mode d’organisation d’un peuple pour une vie sociale fondée sur un projet commun selon les valeurs prédominantes du moment.
La politique repose donc sur un contrat social, précisé dans la Constitution, par lequel le peuple choisit de respecter certains devoirs et certains droits.
La politique correspond donc à la volonté du peuple [souverain]. 

 * * *

La plupart des gouvernements des pays riches ne respectent plus la démocratie et la manipulent pour la détruire, en prétextant souvent que les attentes des peuples ne correspondent pas aux réalités économiques.
Pour en finir avec ces hypocrisies, les peuples doivent construire des démocraties citoyennes qui leur donneront le pouvoir de choisir de véritables serviteurs pour les représenter.

Des détournements démocratiques[…]

Or, y a-t-il démocratie lorsque les peuples ne peuvent comprendre le fonctionnement de leurs institutions ?[…]

Résultat…
Les citoyens, souvent désorientés, doivent faire de plus en plus confiance à des élus qui semblent de moins en moins mériter cette confiance.

Pour ces raisons et bien d’autres encore, les peuples doivent instaurer de véritables démocraties citoyennes.

* * *

En démocratie, les délégués doivent être au service du peuple.[…]
Les élections font partie des grands moments des démocraties.
Malgré cela, dans le monde, elles permettent rarement à la majorité des électeurs de voter pour un candidat réellement de leur choix.[…]

Le vote blanc est un élément essentiel des élections démocratiques.
Il doit avoir pour cela la même valeur que le vote pour un candidat.
Il donne ainsi le pouvoir à chaque électeur de signifier, si nécessaire, qu’aucun candidat présent ne lui convient et, si ce vote blanc est majoritaire, de prononcer un refus de tous les candidats.[…]
Ce vote blanc, en motivant les électeurs, sera un bon moyen pour réduire sérieusement l’abstention dans le respect des libertés.
Notons que l’abstention fait le bonheur des dirigeants opposés à la démocratie ; ce à quoi devraient réfléchir les abstentionnistes acharnés.[…]

 * * *

 La construction européenne, depuis son origine jusqu’au Traité de Lisbonne, constitue une série d’erreurs ou de manipulations.
Cette Europe n’a pas été fondée pour rassembler les peuples mais plutôt sur l’utilisation des peurs de la guerre pour organiser une économie de domination des peuples.
Puis, le passage des dimensions politiques nationales à une dimension européenne a été accéléré en négligeant le besoin d’adaptation des peuples, ce qui a provoqué la confusion et le rejet.[…]

Les peuples qui ont pu s’exprimer librement par référendums, pour le Traité de Lisbonne ou le précédent, ont refusé cette Europe.[…]
Dans cette Europe, les peuples perdent de vue leurs repères et se rabattent en masses vers des partis politiques populistes destinés à rejeter toute évolution et à enfermer les espoirs humains.

Désormais complice d’une mondialisation qui considère la démocratie comme une anomalie, cette Europe est devenue un piège qui vide les nations de leur énergie et de leur substance.[…]
Les pays de la zone euro seraient bien avisés de prévoir rapidement comment se préserver de l’effondrement quasi certain de la monnaie unique.

Il serait dérisoire de prétendre corriger cette Europe moribonde pour l’améliorer ; ce ne serait que perte de temps et d’énergie.
Il est impératif de refonder l’Europe, de la reconstruire sur de nouvelles bases pour répondre aux exigences des peuples.

* * *

Tout être humain doit pouvoir vivre dignement dans son pays.

Réorganisation mondiale
Il est vain de prétendre guérir les blessures profondes de l’humanité en détresse avec des pansements de fortune.
Les peuples sont excédés.
Il serait stupide d’attendre qu’ils se révoltent et provoquent ainsi un changement dans la confusion qui est le terreau des dictatures populistes.

En urgence, la famine doit être enrayée.[…]
Les traités internationaux qui nuisent à la souveraineté des nations et à la solidarité internationale, doivent être dénoncés en urgence et remplacés par des traités qui favoriseront la coopération internationale.

* * *

L’économie actuelle, néolibérale, présente l’égoïsme, la compétition et le rapport de forces ou loi du plus fort, comme les qualités essentielles de la vie sociale.
Amartya Sen, Nobel d’économie, nous indique, lui, concernant Adam Smith : Il a su voir aussi que l’efficacité économique se mesure aux bénéfices qu’en retirent les pauvres. [2]
L’économie actuelle a donc égaré les fondamentaux du libéralisme tellement elle s’est pervertie en dénaturant le sens de l’efficacité sociale et de la richesse.

Le rôle normal de l’économie
L’économie organise la création et la répartition des moyens matériels nécessaires à la vie sociale, selon l’ordre des priorités.
L’économie favorise ainsi l’efficacité et la justice sociales qui dynamisent à leur tour l’harmonie sociale et l’épanouissement humain.
C’est ainsi qu’une bonne économie développe la véritable richesse.[…]

Une autre économie
La politique de la France ne se fait pas à la corbeille. Charles de Gaulle.
Je rajouterais à cela : l’économie de la France ne se fait pas non plus à la corbeille.
En effet, les marchés boursiers attirent de plus en plus des capitaux spéculatifs parasites qui asphyxient les économies nationales.
Divers points de cet ouvrage constituent la base d’une économie inspirée par le modèle que fut la planification française [3].

[2] : Le Nouvel Observateur, hors-série, Les essentiels N°3.
[3] : La planification française, lancée en 1947, était une forme de coopération et de partage organisée par l’état à l’échelle de la nation.

* * *

Permettre à tout être humain de disposer de l’essentiel est la base de la richesse.[…]
Une société qui facilite la justice sociale crée de la richesse sans même considérer la croissance matérielle.

Détournements de richesse
La création de richesse des uns doit correspondre à de la création de richesse pour les autres.
Et si l’enrichissement des uns réduit les autres à la pauvreté ou les y maintient alors il s’agit d’un détournement de richesse dont le résultat d’ensemble est de la pauvreté, quel que soit le travail réalisé.
En effet, pour être de la richesse, toute activité humaine doit pouvoir profiter à tous, directement ou indirectement.
Par exemple, si une nation produit de la nourriture pour exporter quand sa population ne peut manger à sa faim, alors il y a détournement de richesse et création de pauvreté.[…]
La plus grande part de pauvreté dans le monde pourrait bien provenir de détournements de richesse.

Y’a pas d’argent
Le bon sens doit prévaloir en économie.

Se soumettre au manque d’argent est absurde et stupide lorsque les compétences humaines, les énergies et autres moyens techniques sont disponibles ou facilement réalisables pour des activités sociales utiles.
Dans ces cas là, l’argent doit être impérativement créé pour dynamiser la vie sociale.

Manquer d’argent pour des échanges légitimes est aussi stupide que trop d’argent qui fausse la qualité des échanges.
Un manque illégitime d’argent ou une mauvaise utilisation de l’argent disponible constituent des détournements de richesse.

* * *

Des incohérences
L’économie actuelle, sous prétexte d’efficacité, développe l’égoïsme, la compétition et le rapport de forces qui produisent une grande adversité.
Laquelle adversité impose des dépenses pour se protéger.[…]

De là proviennent gaspillage et pauvreté facilement surmontables en instaurant la coopération et le partage.

Mieux économiser
On peut économiser en regroupant des moyens pour éviter d’inutiles dispersions.
Par exemple, lorsque des constructeurs automobiles se regroupent pour fabriquer un moteur ou un châssis en commun.

Les états peuvent par exemple imposer de grosses économies d’énergies aux industriels en même temps que le respect du client, en mettant fin à l’obsolescence programmée.[…]

Évitons résolument des réductions de coûts qui seraient contraires à l’intérêt des nations, comme par exemple les délocalisations d’entreprises.

Si les réductions de coûts permettent de développer la richesse en développant l’harmonie sociale et l’épanouissement humain, alors oui !
Réduisons les coûts !
Si les réductions de coûts produisent de la pauvreté, alors non !

* * *

Relations entre richesse et monnaie
Chaque activité socialement utile produit de la richesse, même en dehors des activités professionnelles.
L’humanitaire, les travaux ménagers, le jardinage, les travaux de proximité, l’éducation des enfants, divers bénévolats… produisent une grande richesse.

Du fait d’une plus grande richesse, de la monnaie peut être créée tout en lui gardant la même valeur d’échanges.
La dette extérieure d’un état s’en trouve réduite, les rentrées fiscales plus importantes (sans alourdir la charge des ménages), et les budgets nationaux augmentés.[…]

* * *

Une nation souveraine dispose de différents moyens pour constituer sa trésorerie.

Des moyens classiques
L’impôt […].
Des emprunts sans intérêts peuvent aussi être contractés auprès des banques nationales.

Le développement de la richesse correspond à plusieurs possibilités pour alimenter la trésorerie ; exemples, par l’augmentation de la monnaie en circulation et des rentrées fiscales, par la réduction de la dette extérieure.

L’inflation maîtrisée constitue une création de richesse dans la mesure où elle favorise la justice sociale, par exemple en réajustant les salaires et autres revenus légitimes ou les échanges internationaux.[…]
Cette inflation est de plus une arme simple et efficace pour limiter l’attractivité des comptes bancaires extraterritoriaux (off shore) et des paradis fiscaux qui détestent les monnaies mises au service de l’efficacité sociale.

Il existe aussi la possibilité d’emprunts croisés entre nations qui peuvent renforcer la confiance mutuelle.

Des moyens à éviter
Des solutions doivent être évitées pour réaliser la trésorerie d’une nation :
Vendre les biens de la nation (actifs financiers, patrimoine).
Réduire voire annuler, arbitrairement, tout ou partie de la dette légalement contractée.
L’inflation galopante est un procédé associé à la planche à billets qui consiste à émettre de la monnaie sans création de richesse.
L’emprunt à des créanciers privés qui sert surtout à soutenir la finance internationale prédatrice contre les intérêts des nations.[…]

Du sérieux
Toutes les opérations de trésorerie des États doivent être conduites avec le plus grand sérieux.[…]

Le revenu vital, les nationalisations, le remboursement de la dette publique, les retraites et autres projets pour améliorer l’efficacité sociale, seront facilement financés sans risques de dérapage.[…]

Le remboursement anticipé des dettes publiques ruineuses constituera un acte de salubrité publique grâce auquel les nations reprendront contact avec la réalité économique et redécouvriront toute la richesse longtemps enfouie sous ces dettes.

* * *

Un État qui emprunte en dehors de sa banque nationale, en payant des intérêts, est un État dont les comportements sont inquiétants.

Un regard sur la réalité des emprunts
Les emprunts des États auprès des financiers privés, sous prétexte de réalisme économique, correspondent en réalité à un stratagème pour conditionner les peuples par appauvrissement des nations, tout en alimentant la finance internationale.[…]

Les emprunts des États doivent normalement être réalisés sans intérêts auprès de leurs banques nationales.[…]
Mais aussi… Et surtout !

Il est absurde qu’un état sérieux rembourse à sa banque nationale le capital d’un emprunt contracté auprès d’elle.
En effet…
Si un état est sérieux, il emprunte seulement à sa banque nationale dans l’intérêt du peuple, pour favoriser la richesse.[…]
Ainsi, ce que le peuple a prêté à l’État lui est remboursé en nature, sous forme d’une plus grande richesse.
De ce fait…
Tout emprunt d’un état sérieux à sa banque nationale, est donc directement remboursé au peuple en nature et non pas financièrement.[…]

Le remboursement en nature, d’un emprunt d’État à sa banque nationale, est un procédé de transmutation.

La santé des nations
L’idée d’emprunts d’États sans intérêts et dont le remboursement du capital est en nature, remet en question tout le système actuel de la finance internationale.[…]
Une nation qui maîtrise sa monnaie en respectant l’ordre des priorités, réussira à dévitaliser les activités nuisibles sur son territoire.

* * *

Que dire du respect ?
Deux types de respect nous intéressent ici.

Chacun connaît, ou doit connaître, le respect des règles sociales qui est encadré par la loi.[…]

On parle aussi, de plus en plus, du respect de la vie.[…]

Respect ou irrespect
Le respect de la vie impose le respect de soi-même et, aussi, le respect des autres humains et de la nature en tant qu’éléments de la vie.
Si l’un de ces éléments n’est pas respecté et bien les autres ne le sont pas non plus réellement, et ce que l’on prend alors pour du respect n’est qu’une illusion, un fantasme.
Le respect de l’environnement tient donc, aussi, au respect de la nature humaine.[…]

La pollution mentale
La pollution mentale provient des conditionnements, manipulations et autres croyances.
Elle existe dans tous les domaines de la vie sociale ; même les milieux scientifiques ne sont pas à l’abri.
Elle ravage les consciences et le sens des réalités.[…]

* * *

Préserver la planète est un des plus grands défis actuels pour l’homme.
Vaincre dans cette bataille est impératif car l’enjeu est la survie de la planète et, aussi, de l’humanité.

Comprendre la situation
Les différentes méthodes employées jusqu’à maintenant pour sauver la planète, fondées sur le rapport de forces et présentées comme les plus réalistes, aboutissent toutes à des échecs.[…]

En réalité…
Les méthodes actuelles ne peuvent guérir la planète car elles sont les causes de la maladie.[…]

Changer l’ordre des choses
La coopération internationale et le partage, en permettant de développer la confiance, d’élargir l’horizon humain et le sens des responsabilités, constituent certainement le meilleur remède pour sauver la planète tout en favorisant la paix mondiale.[…]

* * *

 La crise politico-économico-environnementale dans laquelle l’homme se trouve, est une crise d’identité dont l’homme est lui-même responsable par refus de sa responsabilité d’homme.
Pour sortir de cette crise il ne suffit pas de ne pas nuire.
Pour sortir de cette crise, l’homme doit assumer sa responsabilité pour inverser l’ordre des choses et conduire le changement en avançant dans le sens de la vie, en créant la nouvelle richesse, en développant l’harmonie sociale et l’épanouissement humain.[…]
[La véritable richesse] est révélatrice de la cohésion humaine, de l’unité humaine.
Elle peut pour cette raison porter un autre nom : l’amour.